Catégorie : Événement

Activité sur les tests de concordance de script

Activité le 6 avril 2021. L’approche d’évaluation Test par concordance de script (TCS) et Formation par concordance (FpC) développée à l’Université de Montréal par Dr Bernard Charlin du CPASS est maintenant disponible à tous les enseignants qui utilisent StudiUM.  Par l’entremise de courtes mises en situation, ce dispositif met en relation la réponse de l’étudiant avec des décisions de spécialistes du domaine sur des situations qui se veulent authentiques dans la pratique de la profession. Nous aborderons les étapes nécessaires, exemples à l’appui, pour conduire de tels tests à l’intérieur de StudiUM.

Lire plus...

Midis scientifiques du CPASS

Invité : Alioum Alioum, M.A., étudiant au doctorat en mesure et évaluation

Sujet : Utilisation d’une approche écologique pour l’analyse des résultats d’évaluations standardisées : cas des performances en lecture aux tests PASEC2014-Cameroun.

Invitée : Clara Dallaire, M.Éd., étudiante au doctorat en sciences biomédicales option éthique clinique

Sujet : Intervenir dans le curriculum caché en éducation médicale. Une étude mixte.

Événement 40 ans de mesure et évaluation : Le livre!

Mercredi, 24 mars de 9h à 11h (heure du Québec) // 15h à 17h (heure de Paris)

Isabelle Nizet (Université de Sherbrooke), Carla Barosso da Costa (UQAM) et Diane Leduc (UQAM)

Venez découvrir le livre qui commémore les 40 ans de l’ADMEE-Canada avec les directrices de l’ouvrage et trois de ses auteurs.

Nous vous offrons l’occasion de faire un tour de la structure et des chapitres de ce travail collectif, qui sortira des Presses de l’Université du Québec en mars 2021. Trois auteurs seront présents pour vous partager les idées, les enjeux et les défis de leur texte et échanger avec vous sur les questions posées par les thématiques abordées.

Auteurs invités : Nathalie Loye, Université de Montréal, Marc Romainville, Université de Namur, Belgique et Michel Laurier, professeur associé à l’Université d’Ottawa

Isabelle Nizet, Ph.D. est professeure à l’Université de Sherbrooke
Carla Barosso da Costa, Ph.D. est professeure à l’Université du Québec à Montréal
Diane Leduc, Ph.D. est professeure à l’Université du Québec à Montréal

Billets disponibles sur Evenbrite: http://bit.ly/3bUd5r6
Les détails pour participer (lien pour se brancher à la plateforme de l’évènement) seront envoyés aux détenteurs de billets quelques jours avant l’activité.

Événement: Et si la formation à distance nous permettait de repenser nos évaluations ?

Dans la dernière année, les enseignant·es ont dû adapter leurs enseignements à la formation à distance. Parmi les préoccupations formulées en enseignement postsecondaire, la question des évaluations est centrale. Tandis que plusieurs articles de presse ont fait état des défis relatifs à l’intégrité académique (surveillance d’examens, plagiat, etc.), le contexte nous oblige à formuler des réponses technologiquement simples et efficaces à mettre en œuvre, tout en assurant l’équité, la sécurité juridique et la transparence pour tous les acteur·trices (García-Peñalvo et al., 2020). Pour aider les enseignant·es dans ce dossier, le S&F Show du 3 décembre permettra de discuter de l’adaptation des évaluations à la formation à distance en prenant un pas de recul aussi utile que nécessaire.

PANELISTES

Nathalie Loye, Professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation (Département d’administration et fondements de l’éducation)

Enseignante-témoin : Chantal Bemeur, Professeure agrégée à la Faculté de médecine (Département de nutrition)

Et la participation de : Sébastien Béland, Professeur agrégé à la Faculté des sciences de l’éducation (Département d’administration et fondements de l’éducation)

Christophe Chénier, Professeur adjoint à la Faculté des sciences de l’éducation (Département d’administration et fondements de l’éducation)

Animateurs : Florent Michelot et Sébastien Arel, conseillers pédagogiques au Centre de pédagogie universitaire (Université de Montréal)

AXES

  • Adapter ou ne pas adapter, telle est la question
  • Le défi de la surveillance des examens
  • Au-delà de la surveillance, favoriser l’intégrité
  • L’importance d’offrir des évaluations contextualisées
  • Vers des évaluations qui favorisent l’immersion des étudiant·es

Appel à communications, 11e colloque MQSH

La 11e édition du colloque MQSH (Méthodes Quantitatives en Sciences Humaines) aura lieu le vendredi 5 juin 2020 à l’École de Psychologie de l’Université Laval.

 Le MQSH est à la fois un groupe virtuel de personnes, un lieu de référence et un colloque annuel voués au développement de l’expertise et à la diffusion des connaissances liées aux méthodes quantitatives en sciences humaines. Pleinement interdisciplinaire, le domaine inclut notamment la statistique appliquée et théorique, la psychométrie théorique, la modélisation, et ses aspects mathématiques associés, le tout en lien actuel ou potentiel avec les applications en sciences humaines et de la santé.

 Les communications seront regroupées en trois volets :

  1. La diversité des méthodes quantitatives applicables en sciences humaines :pratiques nouvelles ou novatrices provenant de différentes disciplines ;
  2. Présentation d’approches diverses en méthodes quantitatives applicables en sciences humaines : aspects pratiques, méthodologiques et critiques ;
  3. Utilisation et intégration des technologies dansl’enseignement des méthodes quantitatives en sciences humaines.

Vous trouverez ci-annexé l’invitation au colloque qui comprend le formulaire de proposition. Comme vous le verrez, nous invitons les propositions orales et par affiche. Nous espérons un grand nombre de propositions! N’hésitez pas à transmettre l’invitation à vos collègues qui pourraient être intéressés. Si vous souhaitez présenter à l’occasion de MQSH-2020, nous vous prions de retourner le formulaire de proposition à l’adresse MQSH2020@psy.ulaval.ca au plus tard le 21 février 2020.

 Merci et au plaisir de vous voir pour MQSH-2020!

 Le Comité organisateur

Yves Lacouture
Éric Frenette
Célia Matte-Gagné
François Vachon

Pièce jointe:

Invitation_MQSH_2020.docx

Les midis scientifiques du GirCoPro – 6 novembre 2019

Quand? Le mercredi 6 novembre 2019, de midi à 13h00

Local : R 826 au CPASS, Pavillon Roger-Gaudry, Faculté de Médecine ou par visioconférence : https://zoom.us/j/275978928

Invitée: Marie-Paule Morin est rhumatologue pédiatre au CHU Sainte-Justine depuis 2012. Doctorante au programme de psychopédagogie et d’andragogie à la Faculté des sciences de l’éducation de Université de Montréal, elle est membre du CPASS et co-responsable de la maîtrise pédagogique universitaire des sciences médicales. Mme Morin est également membre-étudiante au sein de la Chaire de recherche en évaluation des technologies et des pratiques de pointe du CHUM.

Pour s’inscrire: Pour vous inscrire, veuillez contacter Mme M-France Deschênes à l’adresse suivante :
marie-france.deschenes@umontreal.ca

Offre de formation sans frais: introduction à R

Le langage statistique R est en voie de s'établir comme la référence en analyse de données dans le monde de la recherche universitaire. Le domaine de l'éducation n'échappe pas à cette tendance. Le GRIÉMÉtic vous offre donc deux formations qui vous permettront de vous initier à R et d'en découvrir les possibilités. Les formations se donneront en français à l'Université de Montréal (local B-328 du pavillon Marie-Victorin).

Lire plus...

Table ronde: Défis liés à l’inclusion des étudiants en situation de handicap dans les cours à distance

Quand ? Le 14 février 2019 de 12h à 13h
Où? Au local B-525 du pavillon Marie-Victorin, à l’Université de Montréal
L’activité est gratuite et à entrée libre

Venez assister à une table ronde qui traitera d’un sujet d’actualité aux études post-secondaires: l’inclusion des étudiants en situation de handicap dans les cours à distance. Quatre intervenants prendront part à cet échange et tenteront notamment de répondre aux questions suivantes :

Quelles sont les tendances de l’inclusion des étudiants en situation de handicap dans nos cégeps et universités ?
Quels sont les défis généraux auxquels nos institutions doivent faire face en ce qui a trait à l’apprentissage de ces étudiants ?
Quelles sont les questions à se poser pour développer des cours à distance qui soient adaptés à ces étudiants ?
Quelles pistes de solution ont déjà été identifiées ?

Roch Ducharme, directeur général du Centre de recherche pour l’inclusion des personnes en situation de handicap (CRISPESH)

Chantale Giguère, enseignante de français au collège Dawson et coordonnatrice de la communauté de pratique E-Learning

Bruno Poellhuber, professeur titulaire au département de psychopédagogie et d’andragogie de la faculté des sciences de l’éducation, et directeur académique du centre de pédagogie universitaire, Université de Montréal

Paul Turcotte, enseignant de philosophie au CÉGEP du Vieux Montréal et chercheur au CRISPESH

Pour plus d’information: iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Soutenance de thèse de Maxim Morin

Expérimentation de la cartographie conceptuelle comme dispositif de collecte de données en vue de l’évaluation des apprentissages

Sous la direction de recherche de Jean-Guy Blais.

débute à 14h00

Université de Montréal – Pavillon Marie-Victorin, E-530

90, avenue Vincent-d’Indy
Montréal (QC) Canada  H2V 2S9

Résumé

Dans le domaine de l’évaluation des apprentissages, plusieurs ont reconnu le potentiel de la carte conceptuelle pour sonder des dimensions de l’apprentissage qui ne sont pas captées à l’aide d’instruments traditionnels (Edmondson, 2005; Novak et Canas, 2008; Ruiz-Primo, Schultz, Li et Shavelson, 2001). Malgré cela, il reste encore plusieurs questionnements en ce qui concerne les manières d’utiliser cet outil de représentation des connaissances en vue de l’évaluation des apprentissages. À travers trois articles, cette thèse vise à approfondir les connaissances quant aux modalités de production, de correction et de notation de cartes conceptuelles.

Le premier article se consacre aux différences entre les processus de réponses lorsque la carte est produite de façon traditionnelle avec un crayon sur un support papier ou à l’ordinateur avec un logiciel dédié. Pour ce faire, huit élèves de quatrième secondaire en science et technologie ont effectué une tâche de cartographie conceptuelle tout en verbalisant leur pensée à haute voix. En plus de mettre en évidence quelques séquences d’actions et stratégies inhérentes à chaque modalité, les analyses de cette étude font ressortir des difficultés rencontrées par les participants au cours de la réalisation de la tâche. Ces observations rappellent notamment l’importance de la formation préalable à la cartographie conceptuelle.

Le deuxième article décrit la démarche de conception d’un logiciel pour assister l’humain lors de la production d’une carte conceptuelle à partir de textes, cette carte pouvant idéalement servir de carte de référence en vue de la correction des cartes produites par des élèves. Le logiciel a été mis à l’essai en considérant les thématiques des deux tâches soumises aux élèves lors des deux autres volets de cette recherche et son rendement a été apprécié en comparant les cartes extraites à l’aide du logiciel et les cartes extraites manuellement à partir des mêmes textes. Même si, globalement, les résultats de cette mise à l’essai sont assez encourageants, il semble néanmoins encore prématuré de se servir de ces cartes pour l’usage du logiciel ciblé au départ. L’article suggère toutefois d’autres usages potentiels et moins contraignants du logiciel et énumère quelques pistes d’améliorations.

Le troisième et dernier article explore la modélisation des scores issus de cartes conceptuelles de 84 élèves de quatrième secondaire en science et technologie à l’aide du modèle de Rasch pour données dichotomiques (Rasch, 1960) et du modèle à crédit partiel (Masters, 1982). En appréciant les propriétés psychométriques d’une tâche de cartographie conceptuelle en science et technologie, et notamment en examinant la condition d’indépendance locale et la condition d’unidimensionnalité qui caractérisent les modèles de mesure de la famille des modèles de Rasch, cette étude met en lumière certaines particularités de la structure interne des scores et remet en question certaines des approches conventionnelles de notation de cartes conceptuelles.

Chacun de ces trois articles fournit ainsi un regard supplémentaire à l’égard de l’utilisation de la carte conceptuelle comme outil de collecte de données et contribue ainsi au processus de validation de cet outil en vue de l’évaluation des apprentissages