Auteur : griemetic_coordo

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

Le fonctionnement différentiel d’item pour les nuls

Sébastien Béland, Université de Montréal, Membre du GRIÉMÉtic

 

Le 24 avril 2018, de 12h à 13h

Université de Montréal,

Pavillon Marie-Victorin, local A-544

Ou

En ligne (en direct) : https://zoom.us/j/751509431

 

Résumé : Cette conférence intéressera particulièrement les chercheurs qui veulent savoir si les items d’un examen ou d’un questionnaire de recherche sont invariants entre deux (ou plusieurs) groupes de répondants. Ainsi, on dira qu’il existe un fonctionnement différentiel d’item (FDI) lorsque des répondants de même habileté, mais provenant de groupes différents, n’ont pas la même probabilité de répondre correctement à un item.

Les méthodes pour détecter le FDI peuvent se décliner en deux grandes catégories : les méthodes qui sont basées sur la Théorie de la réponse aux items et les méthodes qui ne sont pas basées sur la Théorie de la réponse aux items. Le conférencier passera en revue les méthodes les plus populaires en plus de discuter de récents développements prometteurs sur le sujet. Enfin, quelques logiciels intégrant les méthodes de FDI seront aussi discutés.

 

Pour plus d’information: iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

L’analyse de classe latente : Un modèle de mesure pour variable latente catégorielle

Michel Rousseau, Université du Québec à Trois-Rivières

 

Le 5 avril 2018, de 12h à 13h

Université de Montréal, Pavillon Marie-Victorin, local A-544

ou

En ligne (en direct) : https://zoom.us/j/419214346

 

Résumé : La majorité des modèles psychométriques ont été développés dans le contexte de la mesure de concepts unidimensionnels situant les scores sur un continuum des valeurs. Cette approche n’est pas toujours réaliste en ce qui concerne la mesure de certains traits tels que l’état dépressif (Bowins, 2015) ou la dépendance aux drogues (Muthen, 2006). L’analyse de classe latente constitue un modèle de mesure qui considère que la variable latente est catégorielle plutôt que continue. Les variables indicatrices, quant à elles, peuvent être toutes catégorielles ou toutes continues. La variable latente représente ainsi des regroupements de répondants en fonction de leur patron de réponses aux différentes variables indicatrices. Une fois le modèle de classe latente identifié, la variable latente peut par la suite être mise en relation avec d’autres variables qui permettent de prédire l’appartenance aux classes ou bien de vérifier si la variable latente peut être considérée comme variable prédictrice d’une autre variable dépendante. Dans un contexte longitudinal, il est aussi possible de vérifier les transitions entre les différences classes latentes. La présentation vise à illustrer les concepts de base de l’analyse de classe latente en illustrant à partir d’exemples les questions auxquelles on peut répondre par ce type d’analyse.

Bio : Michel Rousseau est actuellement professeur agrégé au département de psychoéducation de l’UQTR. Il enseigne les cours d’instruments de mesure et de méthodologie de la recherche. Il est chercheur régulier au Centre de recherche universitaire sur les jeunes et la famille (CRUJeF) ainsi qu’à la chaire UNESCO en dépistage et évaluation du développement des jeunes enfants. Il collabore aussi avec une variété d’équipes de recherche sur le développement et la validation d’instruments de mesure. Les domaines de recherche de ces équipes vont de la toxicomanie au traitement des troubles du comportement alimentaire. Il est titulaire d’un doctorat en mesure et évaluation de l’Université Laval. Sa thèse a porté sur l’impact de méthodes de traitement des données manquantes sur les qualités psychométriques d’échelles de mesure de type Likert. Il est aussi consultant sur des projets en développement international qui se déroulent principalement en Afrique.

Pour plus d’information: iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Appel de communications – 40e session d’études de l’ADMÉÉ-Canada

APPEL DE COMMUNICATIONS
Date limite : 20 mai 2018

Site Internet de l’événement/Website of the event: https://www.admee2018.ca/.

En cette année de la 40e session d’études de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE-Canada), c’est avec un grand plaisir que nous vous convions à Montréal les 14, 15 et 16 novembre 2018. Venez profiter de la métropole aux multiples visages pour célébrer avec nous l’évolution de ce regroupement emblématique et incontournable du paysage canadien de la mesure et de l’évaluation.

À travers ces 40 années de travaux, d’échanges, de débats et de réalisations, les sessions d’études ont abordé de multiples thématiques : des enjeux politiques à l’instrumentalisation en passant par les diverses théories et méthodologies. Afin de mettre en relief la richesse des aspects entourant la mesure et l’évaluation, mais surtout pour souligner le dynamisme collectif de ce domaine, le thème des théories et pratiques comme lieu d’action nous semble fédérateur. Les théories parce qu’elles sont un ensemble, un système, une vision qui observe et guide l’action. Les pratiques parce qu’elles supposent des processus de transformation de l’environnement tout autant que des personnes, et parce qu’elles sont singulières, complexes et changeantes. L’action parce qu’elle est synonyme d’agir, d’induire un changement, d’orienter, de progresser. Le thème « Les théories et les pratiques de la mesure et de l’évaluation au cœur de l’action » se veut une vision bien ancrée dans le terrain pour témoigner des avancées en mesure et en évaluation, en formation tout autant que dans les différents milieux d’application.

Par ailleurs, nous renouons cette année encore avec la tenue d’un précolloque qui aura lieu le mercredi 14 novembre à l’Université du Québec à Montréal. Plusieurs ateliers liés au thème orienteront votre regard sur les théories, les pratiques et l’action. D’autres nouveautés et surprises vous attendent à l’occasion de ce 40e anniversaire.

Chercheurs, praticiens, professionnels, étudiants et intervenants des différents milieux de la mesure et de l’évaluation et de différents domaines (santé, sciences, sciences humaines, arts, etc.) sont donc invités à exposer leurs réflexions théoriques, à témoigner de leurs pratiques, à échanger sur les actions qu’ils posent, en français et en anglais. En somme, à participer à l’évolution de l’ADMEE afin qu’elle puisse vivre encore longtemps.

Veuillez noter que les communications seront présentées dans la langue dans laquelle elles auront été soumises, sans traduction simultanée.

Le comité organisateur de l’UQAM
Carla Barroso da Costa
Diane Leduc
Pascal Ndinga
André-Sébastien Aubin

 

Conférence de Rex B. Kline à l’Université de Montréal

Titre: New developments on mediation theory

Date: Vendredi 16 mars

Lieu et heure: 13h30-15h30, Salle A-544 J, UdM/Pavillon Marie-Victorin

Résumé: Mediation analysis is popular, but many, if not most, mediation studies are based on inadequate designs or analysis strategies. Described in this presentation are requirements and analytical methods for a more scientifically rigorous approach to mediation analysis. Topics include proper research designs for establishing mediation, a reduced role for significance testing, and the need for better awareness by researchers of all this is assumed in mediation studies. The method of Causal Mediation Analysis, which estimates mediation under more realistic assumptions, is introduced. The CMA method is well known in epidemiology, but social scientists could also benefit from this approach.

La conférence se tiendra en anglais et est à entrée libre.

Rex B. Kline, du département de psychologie de l’Université Concordia, a écrit deux livres qui sont de grands succès: «Principles and practice of structural equations modeling» qui en est à sa troisième édition; et «Beyond significant testing» qui en est à sa deuxième…; et de plusieurs autres livres.

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

Élaboration d’un outil novateur d’autoévaluation des enseignants : la perspective de la recherche-développement

Par Marie-France Deschênes et Sylvain Dubé

Le 15 mars 2018, De 12h à 13h

Université de Montréal, Pavillon Marie-Victorin, Local B-525

 

Résumé : La présentation vise à illustrer les modalités d’une recherche-développement destinée à l’élaboration d’une autoévaluation par concordance de jugement professionnel du personnel enseignant, projet de recherche subventionné par le Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage du MEES (2017-2019). Comme finalité, la recherche-développement permet non seulement l’élaboration et la mise à l’essai d’une autoévaluation, mais aussi d’étayer l’expérience de développement de celle-ci en tenant compte des activités itératives de la démarche et du corpus scientifique existant. Cette conception facilite l’émergence d’une nouvelle pratique d’autoévaluation du personnel enseignant dont l’approche méthodologique est orientée vers les acteurs du milieu, le contexte et les attentes projetées.

 

Présentation des conférenciers:

Marie-France Deschênes est doctorante à la Faculté des sciences infirmières à l’Université de Montréal. Elle enseigne également au département de soins infirmiers du Collège de Maisonneuve et à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Récipiendaire des bourses de formation doctorale du CRSH et du Centre d’innovation en formation infirmière (CIFI) de l’Université de Montréal, Mme Deschênes axe principalement ses travaux de recherche sur le développement d’outils en matière d’apprentissage et d’évaluation des compétences professionnelles ainsi que sur l’apport du compagnonnage cognitif et des évolutions numériques en éducation. Dans le cadre de ses études doctorales, elle s’intéresse à la formation par concordance de scripts pour optimiser le développement du raisonnement clinique infirmier dans des contextes d’incertitude inhérents à la pratique clinique. Mme Deschênes est membre-étudiante du Centre d’innovation en formation infirmière (CIFI) de l’Université de Montréal et de l’Équipe FUTUR, infrastructure de recherche interdisciplinaire subventionnée par le FRQ-SC. Depuis 2014, elle est également membre du comité de la note de passage à l’examen d’entrée à la profession infirmière à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. http://www.cifi.umontreal.ca/fr/membres/etudiants/membre/marie-france.deschenes/

 

Sylvain Dubé est conseiller pédagogique et détient une expertise particulière dans l’élaboration et la mise en œuvre de systèmes d’assurance qualité (AQ) en éducation. Depuis 2014, il est responsable de l’AQ au Collège de Bois-de-Boulogne et de l’efficacité des politiques institutionnelles, dont celle sur l’évaluation des enseignants. Auparavant, il a été associé étroitement, en tant que membre du Conseil supérieur de l’éducation, à la rédaction d’un avis sur l’AQ dans les universités québécoises (2012) et a aussi conseillé la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial lors de l’élaboration d’un cadre de référence sur l’efficacité des systèmes d’AQ des collèges (2013). À quelques reprises, il a fait partie de panels d’experts chargés de visiter les collèges québécois qui ont réalisé un audit de leurs mécanismes d’AQ.

 

Pour plus d’information : iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

EDU 1013 Évaluation des apprentissages en milieu scolaire : dans les coulisses de la conception d’un cours à distance à l’Université TÉLUQ

Conférencière invitée : Marie-Hélène Hébert, Professeure substitut en mesure et évaluation à l’Université TÉLUQ

 

Le 22 février 2018, de 12h à 13h

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local B-328

Résumé: Grâce à un procédé de conception de cours éprouvé et au savoir-faire d’une équipe multidisciplinaire expérimentée, l’Université TÉLUQ contribue à la formation à distance de près de 20 000 étudiants par année. Depuis l’automne 2017, un cours d’évaluation des apprentissages y est offert au premier cycle dont l’objectif vise à faire acquérir, par les étudiants, les connaissances et les compétences nécessaires à l’évaluation des apprentissages des élèves du préscolaire, du primaire ou du secondaire en milieu scolaire québécois.

Le but de cette conférence-midi du GRIÉMÉtic est double : faire connaître la manière innovante de concevoir les cours à l’Université TÉLUQ, du design de la formation à sa diffusion, et montrer l’exemple d’un livrable (le cours EDU 1013 Évaluation des apprentissages en milieu scolaire).

 

 

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

L’évaluation des compétences et leur alignement aux épreuves d’évaluation

Par : Michel Desmarais (École Polytechnique de Montréal)

http://griemetic.ca/equipe/michel-desmarais/

 

Le 14 février 2018, de 12h à 13h 

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local A-217

Résumé : Un des grands défis en éducation est celui de l’évaluation des compétences acquises. Au-delà de la mesure comme telle, ce défi soulève celui de l’alignement des compétences aux épreuves d’évaluation. Par exemple, comment s’assurer qu’une question évalue réellement une compétence visée ? Comment évaluer qu’une décomposition de compétences donnée est plus représentative d’un ensemble d’épreuves qu’une autre décomposition ? Etc. Ces questions sont étudiées depuis des décennies dans le domaine de la psychométrie, mais elles soulèvent aussi un grand intérêt dans le domaine des tuteurs intelligents où l’objectif est de personnaliser l’interaction avec l’apprenant. Je présenterai différentes approches issues de ces domaines pour établir l’alignement entre compétences et épreuves à partir de données empiriques. Nous explorerons à la fois des approches qui induisent des compétences à partir de données de façon dite « non supervisée », où il en revient aux didacticiens d’interpréter les compétences induites, et des approches qui tentent plutôt de raffiner des ensembles de compétences définies par des experts. Nous explorerons aussi les techniques de génération de données synthétiques afin de valider et même d’entraîner des modèles d’alignement des compétences.

 

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Soutenance de thèse de Pierre Gignac

Le 15 février 2018 à 13h30

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local B-328

Proposition de reconceptualisation de la capacité d’absorption : la capacité d’absorption actualisée.

Reconnaître la valeur des signes précurseurs de changements technologiques imminents, sociaux ou en santé, requiert un esprit alerte et ouvert. S’approprier, maîtriser et exploiter par des innovations les connaissances émergentes, publiques ou échappées d’une recherche, exigent plus que curiosité et intuition. Cohen et Levinthal (1989a, b, 1990) ont nommé « capacité d’absorption » cette habileté : « la capacité de reconnaître la valeur d’une nouvelle information, de l’assimiler et de l’exploiter à des fins commerciales (1990 : 128) ».

Jamais opérationnalisées pour en expliquer l’apparition, nous suggérons un premier modèle de développement des habiletés « d’absorption ». Nous montrons que les habiletés d’apprentissage, de changements dynamiques et créatives permettent aux organisations de migrer de l’imitation de produits/services vers l’innovation radicale. De la conjonction organisationnelle des trois habiletés émergent la reconnaissance de valeur des informations repérées et la capacité d’absorption. Notre modèle se conforme à la Taxonomie de Bloom. L’ajout des connaissances systémiques et complexes et du volet cognitif « anticiper » y intègre la recherche en gestion. Le SECI (Nonaka et Takeuchi, 1995) et le modèle componentiel de la créativité (Amabile, 1996) soutiennent notre approche.

Cohen et Levinthal (1989a, b, 1990) ont montré que ces habiletés permettent d’anticiper les technologies à venir. Zou, Ertug et George (2018) synthétisent 30 ans de recherches empiriques et exposent son importance pour l’innovation et les transferts de connaissances.

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

Élaboration d’un logiciel collectant les données du raisonnement clinique dans un contexte de simulation médicale

Par: Thomas Pennaforte, pédiatre-néonatalogiste et doctorant en mesure et évaluation (Université de Montréal)

 

Le 16 janvier 2018, de 12h à 13h, plus une période de questions de 15 minutes

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local A-544

Résumé : Le raisonnement clinique (RC) est une compétence centrale de l’exercice médical (Franck, 2005). Son évaluation repose actuellement sur des outils spécifiquement développés, tels que les tests de concordance de scripts (TCS) (Charlin, 2000) et les problèmes de raisonnement clinique (PRC) (Groves, 2002). Cependant, ces tests sont réalisés en salle de classe et ne reflètent pas l’environnement de pratique du médecin. De plus, ils n’évaluent que certains stades du processus réflexif impliqué dans la théorie mixte du raisonnement clinique (Pelaccia, 2011). Enfin, leur validité ne s’intéresse qu’aux propriétés psychométriques des tests sans s’inscrire dans une véritable démarche de validation. Ce travail de doctorat fait appel à la simulation médicale comme contexte d’utilisation des PRC et TCS. Ceci permettra de placer les participants en immersion, et la variation des conditions de l’environnement pourrait activer spécifiquement les processus cognitifs impliqués dans le RC. Par ailleurs, la validation par le modèle de Kane (2006) fournira une variété d’éléments de preuve sur la qualité des interprétations des scores obtenus. Cette présentation décrit plus spécifiquement le développement d’une séance de simulation médicale intégrant des questions évaluatives de type PRC et TCS au cours de la mise en situation, en insistant sur le processus de collecte de données par un logiciel adapté. Les pédiatres en formation seront exposés à 4 mises en situation simulées dont les conditions de stress pourront varier. Les données démographiques, les performances aux tests et les marqueurs de stress seront recueillies. L’analyse du parcours visuel soutiendra l’inférence d’extrapolation du processus de validation. Ce nouvel outil d’évaluation « prêt à l’emploi » permettra d’identifier les failles du RC afin de mettre en place des stratégies de remédiation adaptées. La validation de l’interprétation des résultats sera en accord avec les conceptions récentes en mesure et évaluation en éducation.

 

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca