Auteur : Guillaume Loignon

Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation

Ilian Cruz-Panesso, Conseillère principal (CAAHC)

Valérie Chabot, Coordonnatrice des examens cliniques (CAAHC)

Roger Perron, Responsable activités haute-fidélité (CAAHC)

Pierre Drolet, Directeur académique (CAAHC)

Marie-Michèle Demers, Formatrice en simulation (CAAHC)

Roxane Trottier, Formatrice en simulation (CAAHC)

Shiva Gharavi, Coordonnatrice des patients simulés (CAAHC)

Département de Médecine – Centre d’apprentissage des attitudes et habiletés cliniques (CAAHC) Université de Montréal

Au Canada, comme ailleurs dans le monde, l’approche par compétence (APC) a été adoptée dans les programmes d’éducation médicale depuis une vingtaine d’années (Lacasse et al., 2016). L’évaluation formative est un des piliers fondamentaux de l’APC. Elle fait référence à une évaluation spécifiquement destinée à générer un retour d’informations sur les performances afin d’améliorer et d’accélérer l’apprentissage (Sadler,1998). Ce type d’évaluation est fondamental pour aider les apprenants à autoévaluer leur performance, identifier leurs besoins d’apprentissage et élaborer le(s) plan(s) d’amélioration (Carracio et al., 2002; & Bing-You &Trowbridge, 2009). Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) sont l’un des moyens aptes à appuyer la démarche de l’évaluation formative dans le contexte de l’APC. Ils permettent en effet la pratique des compétences et la rétroaction  (Humphrey et al., 2016). « Les tâches à effectuer dans chacune des stations d’ECOS représentent des situations cliniques de la vie réelle. On peut ainsi évaluer la capacité du candidat à appliquer ses connaissances et compétences cliniques lorsqu’il, par exemple, rencontre un patient, propose une conduite à suivre, donne un congé, s’entretient avec un collègue, etc » (MCC )

La pandémie de COVID-19 a forcé les établissements d’enseignement supérieure à repenser temporairement leur offre pédagogique, incluant les activités de simulation et les ECOS. Ainsi, à la mi-mars 2020, la Faculté de médecine de l’Université de Montréal ordonnait que les activités d’enseignement se fassent dans un format « à distance ». L’équipe du Centre d’apprentissage des attitudes et habilités cliniques (CAAHC) de la Faculté de médecine a alors répondu à l’appel en concevant et développant une gamme innovatrice de produits pédagogiques en ligne. Plusieurs activités déjà existantes et ayant pour thème la communication ont ainsi été adaptées au format en ligne[1],2. De plus, bien qu’il ait fallu annuler les ECOS sommatifs prévus en présentiel au calendrier du CAAHC en avril et mai 2020, l’ECOS formatif destiné aux étudiants de troisième année a néanmoins été maintenu et adapté au format en ligne. Toutes ces simulations ont été effectuées à l’aide de la plateforme ZOOM

L’environnement virtuel de l’ECOS en ligne

La conversion de l’ECOS au format en ligne repose sur la création de salles virtuelles, lesquelles remplacent les locaux où les examens cliniques se déroulent traditionnellement. La représentation graphique de ces salles créées sur ZOOM offre ainsi un environnement simulé qui permet aux divers participants (étudiants, médecins-évaluateurs, patients simulés), ainsi qu’à toute l’équipe du CAAHC (technique et coordination), de réaliser l’activité totalement à distance. 

La conception de l’environnement simulé propre à l’ECOS doit cependant tenir compte de plusieurs facteurs incluant notamment la quantité de stations, le temps nécessaire aux étudiants pour parcourir chacune d’entre elles, le nombre d’étudiants et l’échéancier prévu pour l’activité. Un plan est alors élaboré et présenté sous forme graphique (FIGURE 1). Ce plan sert de point d’ancrage et de référence afin de faciliter la compréhension de l’environnement de travail et des contraintes qu’il impose pour tous les intervenants.

FIGURE 1. Représentation graphique de l’environnement virtuel de l’ECOS formatif tenu en juin 2020 au CAAHC

Adapter les activités au format en ligne tout en respectant les principes d’apprentissage propres à la simulation

Afin d’adapter les activités de simulation à la formule en ligne, l’équipe du CAAHC s’est employée à respecter les principes qui régissent les bonnes pratiques en matière d’enseignement par simulation, le tout à l’intérieur des contraintes imposées par le nouveau média.

Activités hands-on: nous avons testé différents outils afin de maximiser, pour les étudiants, l’opportunité de prendre part activement aux scénarios virtuels. Ainsi, pendant l’ECOS en ligne, les étudiants ont pu maintenir un contact personnalisé continu avec les patients simulés. Le format a donc permis aux apprenants d’exercer les habiletés et compétences de communication nécessaires afin de faire face aux nouveaux défis imposés par la télémédecine.

Patients simulés et fidélité : Bien que les contraintes liées au COVID rendent le recrutement de patients simulés passablement difficile (familiarité avec les outils informatiques, limitations financières imposées par les programmes d’aide gouvernementaux, etc.), nous avons néanmoins réussi à recruter les acteurs professionnels dont nous avions besoin afin d’assurer la fidélité des simulations ainsi que l’engagement nécessaire aux interactions entre les divers participants.

Contrat de fiction : Il s’agit d’un contrat d’apprentissage dans lequel les différentes parties impliquées dans la simulation (étudiants, acteurs et instructeurs) acceptent de s’engager dans la simulation et le débriefing de manière active et respectueuse. Les modifications imposées par la formule en ligne risquant d’altérer l’engagement des étudiants, ceux-ci ont donc été invités à signer des ententes dans lesquelles les conditions aptes à maximiser les bénéfices pédagogiques sont énoncées. Les éléments suivants sont abordés dans le cadre de ces ententes:

  • Contrat d’apprentissage
  • Confidentialité des scénarios
  • Sécurité et bonnes pratiques liées à l’utilisation de ZOOM
  • Autorisation d’enregistrer et examiner les enregistrements vidéos à des fins techniques, éducatives, et de recherche

Formation préalable: L’équipe du CAAHC a préparé des tutoriels ZOOM destinés aux acteurs, étudiants et instructeurs. Ces tutoriels ont été réalisés dans le but de permettre à tous les participants d’accéder aux liens ZOOM sécurisés propres à chaque activité. Ces liens ont été intégrés dans la plateforme Medcours afin d’assurer la confidentialité et la sécurité des échanges. Différents comptes ont été créés pour les acteurs et les animateurs afin de faciliter l’accès aux procédures et d’en assurer la standardisation.

Standardisation des procédures pour les simulations en ligne: Afin de standardiser les procédures liées aux simulations en ligne, tous les employés du CAAHC ont reçu la formation nécessaire à l’utilisation de la plateforme ZOOM. Trois répétitions ont ensuite été effectuées afin de tester, corriger, optimiser et finalement valider l’ensemble des procédures. Un plan alternatif a aussi été élaboré en cas de problèmes de connexion. Toujours dans le but d’assurer la standardisation des procédures, des diagrammes de type flow charts liés aux différentes étapes des simulations ont été conçus. Ces diagrammes identifient les outils ZOOM nécessaires à la progression de l’activité et à l’orientation des étudiants au travers d’un parcours qui les mène du scénario au débriefing.

Évaluation des activités: Des évaluations en ligne respectant les meilleures pratiques en matière de conception et d’innovation pédagogiques ont été créées afin d’évaluer la motivation des étudiants ainsi que leur perception des apprentissages souhaités via cette nouvelle formule.

Bâtir une communauté de pratique dédiée à la simulation en ligne

En qualité de pionniers de la simulation en ligne, les membres de l’équipe du CAAHC n’ont pas hésité à collaborer avec d’autres groupes oeuvrant au sein de la faculté, qu’il s’agisse d’innovation ou de transformations de simulations existantes. Il convient ainsi de souligner le travail effectué avec l’équipe d’audiologie qui procédera aussi à la réalisation, en ligne, d’un examen de type ECOS. L’expertise des membres de l’équipe du CAAHC et les documents élaborés par ces derniers ont ainsi été mis à la disposition des responsables d’audiologie et des autres unités qui souhaitent les utiliser ou les adapter. Parmi les expertises partagées, on note:

1. Contact et formation des patients simulés

2. Assistance pédagogique et technique dans l’élaboration de la planification d’ECOS en ligne en audiologie

3. Partage des procédures nécessaires à la réalisation d’ECOS en ligne

4. Formation des membres de l’équipe d’audiologie en matière de planification et de réalisation d’ECOS en ligne

Présentation en ligne :

Nous vous invitons à visionner la vidéo d’une présentation récente de l’équipe du CAAHC présentant tous les détails de nos simulations en ligne : https://youtu.be/pyGnFq3VNyM


[1] Procédurier des simulations en ligne, CAAHC, juin 2020

2 Guide pour les ECOS et OSLER en ligne, CAAHC, juillet 2020

GRIÉMÉtic (2 mars 2021) Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation. Retrieved from http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/.
"Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation." GRIÉMÉtic - 2 mars 2021, http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/
GRIÉMÉtic 2 septembre 2020 Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation., viewed 2 mars 2021,<http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/>
GRIÉMÉtic - Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation. [Internet]. [Accessed 2 mars 2021]. Available from: http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/
"Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation." GRIÉMÉtic - Accessed 2 mars 2021. http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/
"Les examens cliniques objectifs structurés formatifs (ECOS-F) en ligne au CAAHC pendant la pandémie de COVID-19 : une opportunité d’innovation en évaluation." GRIÉMÉtic [Online]. Available: http://griemetic.ca/fr/2020/09/02/les-examens-cliniques-objectifs-structures-formatifs-ecos-f-en-ligne-au-caahc-pendant-la-pandemie-de-covid-19-une-opportunite-dinnovation-en-evaluation/. [Accessed: 2 mars 2021]

L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes

Sylvie Fontaine

La pandémie mondiale (COVID-19) a des conséquences sur l’enseignement post-secondaire qui sera largement offert en ligne à l’automne 2020. Ce contexte sans précédent d’enseignement et d’évaluation en ligne n’est pas exempt de défis. Parmi ceux-ci, deux retiennent notre attention. Le premier concerne le risque que les professeurs, soucieux de bien évaluer leurs étudiants, exigent plus d’activités d’évaluation que ce qu’ils demandent habituellement. En effet, il appert que « La multiplication des évaluations a été constatée en contexte d’évaluation en ligne, d’où le risque de surcharge de travail pour le personnel et le ressentiment des étudiants. » (Nizet, Leroux, Deaudelin, Béland et Goulet, 2016, p.3). Deuxièmement, selon Detroz, Malay et Crahay (2020, p.104), le contexte de pandémie actuel pourrait faire en sorte que les étudiants auront « plus de difficultés pour obtenir de l’information informelle auprès des enseignants ou des pairs » ce qui pourrait limiter leur compréhension des attentes concernant les tâches d’évaluation. La combinaison de ces deux défis mérite qu’on s’y attarde.

Nombre de tâches d’évaluation versus variété des tâches

Le nombre de tâches d’évaluation ne devrait pas augmenter parce que le cours est offert en ligne. Les risques de surcharge de travail sont très réels pour les professeurs qui, non seulement devront consacrer plus de temps à la préparation de leurs cours en ligne, mais également à la correction des travaux et à la rétroaction aux étudiants. Si tous les professeurs d’un même programme adoptent cette pratique, les étudiants seront rapidement submergés par la quantité de tâches évaluatives ce qui pourrait contribuer à diminuer leur motivation et peut-être même les inciter à la tricherie (Ellahi et al., 2013).

En fait, tout comme c’est le cas pour un cours en présentiel, le choix des tâches doit s’inscrire en cohérence avec les objectifs du cours. Ainsi, il n’est peut-être pas souhaitable de se limiter à exiger uniquement des travaux écrits qui seront déposés par les étudiants sur le site du cours si les objectifs du cours font appel à une variété de compétences. Dans une étude réalisée auprès d’intervenants impliqués dans l’enseignement en ligne à l’Université de Sherbrooke, Nizet et ses collègues (2016) ont identifié cinq méthodes d’évaluation adoptées à un degré variable par les professeurs pour l’enseignement en ligne : 1) quiz et examens (5 %); 2) travaux écrits (18,5 %); 3) démonstration de compétences (61,5 %); 4) participation (5 %); 5) collaboration (10 %). Dans la catégorie démonstration de compétences on retrouve des tâches telles que les études de cas, les présentations, les simulations, les projets, etc. Les travaux écrits incluent l’analyse de textes, les questions à développement, les synthèses, les tableaux à remplir, etc. Des activités de participation telles que les forums de discussion ou les foires aux questions sont aussi proposées aux étudiants de même que des tâches de collaboration de type ateliers, travail en équipe, coévaluation, etc. Une mise en garde émerge de cette étude : quelles que soient les tâches d’évaluation qui seront retenues, « La clarté des messages adressés aux étudiants est selon plusieurs participants un enjeu essentiel de la communication non présentielle. » (Nizet et al., 2016, p.18)

Des consignes claires pour une meilleure communication

Que l’enseignement soit réalisé en présentiel ou en ligne, les tâches d’évaluation doivent être accompagnées de consignes claires et précises pour bien guider les étudiants au regard des exigences de chacune. Dans un contexte d’enseignement en ligne, la clarté et l’exhaustivité des consignes prennent encore plus d’importance puisque la relation entre le professeur et ses étudiants n’est peut-être pas aussi aisée à établir et que le degré d’interaction pourrait être moindre entre professeur-étudiants et entre étudiants-étudiants.

Ainsi, il est suggéré de formuler les consignes en respectant le principe de transparence qui s’opérationnalise dans l’exhaustivité et dans la clarté des consignes. Il faut donc fournir à l’étudiant tous les éléments dont il aura besoin pour réaliser la tâche demandée. Par exemple, l’étudiant doit-il intégrer des graphiques à son travail? Combien d’articles sont nécessaires pour rédiger la synthèse? Ces articles doivent-ils être scientifiques, récents? Cette information doit faire partie des consignes. La clarté des consignes est aussi essentielle et en ce sens, Gérard et Roegiers (2009) insistent sur le fait que la difficulté pour l’étudiant de réaliser la tâche demandée devrait être liée à l’absence de compétence et non pas à une incompréhension des consignes. Detroz et ses collègues (2020, p. 104) abondent dans le même sens en précisant que « Pour les productions longues (travaux, portfolios, cartes conceptuelles …) asynchrones, il est recommandé de mettre beaucoup de soin et de rigueur pour préciser les consignes. » J’ajouterais de plus que dans un contexte de tâches d’évaluation synchrones, les consignes doivent aussi être claires et exhaustives. L’utilisation d’un vocabulaire simple, de phrases courtes et claires pour formuler les consignes est souhaitable. Puisant dans les travaux de Zakhartchouk (1999, 2004), Leblanc et Guillemette (2014) définissent quatre types de consignes. Les consignes pour préciser la tâche à réaliser (consignes-buts), les consignes sur la façon de faire (consignes-procédures), les consignes pour faire ressortir certaines spécificités de la tâche (consigne de guidage) et les consignes qui viennent préciser les critères d’évaluation (consignes-critères) en lien avec les exigences du professeur. Bien souvent dans les tâches d’évaluation, toutes ces consignes s’appliquent. Les efforts consentis pour s’assurer de présenter des consignes claires et exhaustives ont un objectif commun soit, « de placer l’apprenant dans les meilleures conditions possibles pour accomplir une tâche. » (Laforge, 2001, p. 156)

Detroz, P., Malay, L., et Crahay, V. (2020). Une démarche structurée pour définir quelques conseils en vue de limité l’impact de la pandmie sur l’évaluation de nos étudiants. Évaluer. Journal international de recherche en éducation et formation. Numéro Hors-série, 1, 97-110.

Gérard, F.-M. et Roegiers, X. (2009). La rédaction des consignes dans Des manuels scolaire pour apprendre : Concevoir, évaluer, utiliser. Belgique : De Boeck Supérieur, p. 274-278.

Laforge Claude. Les consignes dans l’enseignement à distance : difficultés de compréhension liées à la présence de négations. In: Pratiques : linguistique, littérature, didactique, n°111-112, 2001. Les consignes dans et hors l’école. pp. 151-178.

DOI : https://doi.org/10.3406/prati.2001.2429

Leblanc, C. et Guillemette, F. (2014). Consignes claires : travail réussi! Le tableau, 3(2).

Nizet, I., Leroux, J. L., Deaudelin, C., Béland, S. et Goulet, J. (2016). Bilan de pratiques évaluatives des apprentissages à distance en contexte de formation universitaire. Revue internationale de pédagogie et de l’enseignement supérieur, 32(2).

GRIÉMÉtic (2 mars 2021) L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes. Retrieved from http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/.
"L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes." GRIÉMÉtic - 2 mars 2021, http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/
GRIÉMÉtic 31 août 2020 L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes., viewed 2 mars 2021,<http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/>
GRIÉMÉtic - L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes. [Internet]. [Accessed 2 mars 2021]. Available from: http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/
"L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes." GRIÉMÉtic - Accessed 2 mars 2021. http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/
"L’évaluation des apprentissages en ligne: varier les méthodes et clarifier les consignes." GRIÉMÉtic [Online]. Available: http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/levaluation-des-apprentissages-en-ligne-varier-les-methodes-et-clarifier-les-consignes/. [Accessed: 2 mars 2021]

Les plateformes d’évaluation en ligne

Marc-André Désautels

Suite à l’épidémie de Covid-19, les enseignants.es se sont retrouvés à devoir modifier de façon profonde leurs méthodes d’enseignement. De plus, ils et elles ont dus réfléchir à la manière d’évaluer leurs étudiants.es à distance. Nous voulons dans ce bref article tenter de débroussailler et de préciser les avantages et inconvénients d’évaluer nos étudiants.es en ligne, de manière asynchrone ou pas. Cet article ne présume pas faire un tour d’horizon exhaustif des possibilités de l’évaluation en ligne, mais plutôt permettre de démontrer les possibilités, les avantages et aussi les défauts des outils d’évaluation en ligne.

Nous discutons dans cet article de plateformes qui permettent une évaluation qui se rapproche le plus possible d’une évaluation traditionnelle. Nous omettons donc les options qui permettent simplement des questions de types choix de réponses ou réponses courtes (par exemple Google Forms, Microsoft Forms, etc.). Nous discuterons de plateformes permettant d’évaluer des questions de types réponses longues, réponses sous forme de textes, réponses sous forme de calculs, etc. Les deux plateformes utilisées par l’auteur sont:

Ces deux plateformes ont des fonctionnalités très similaires et nous présenterons les grandes étapes qu’un évaluateur doit faire pour partir d’une évaluation traditionnelle et finir avec une évaluation en ligne.

Pour qui s’adresse l’évaluation en ligne?

Bien que la courbe d’apprentissage des techniques du web se soit aplatie avec le temps, il est certain qu’une certaine familiarité et maîtrise des technologies de l’information sont des atouts importants pour son utilisation. Au début, l’utilisation d’une évaluation en ligne demandera davantage de temps qu’une évaluation traditionnelle mais plus vous l’utiliserez, plus vous gagnerez du temps et de la flexibilité dans vos évaluations. Il faut être un peu débrouillard, savoir aller chercher de l’information et avoir un peu de courage pour débuter ce type d’évaluation. La collaboration entre enseignants.es pour l’utilisation de cette technologie est un excellent moyen de débuter puisque la charge de travail et les divers apprentissages sont partagés entre plusieurs personnes.

Comment ça marche?

Pour bien comprendre la manière d’utiliser ces technologies d’évaluation, nous présenterons le flux de travail nécessaire pour partir d’une évaluation «traditionnelle» et arriver au processus complet d’une évaluation «en ligne». Nous scinderons ce processus en plusieurs étapes et discuterons des avantages et inconvénients potentiels.

La création d’une évaluation

Nous prenons pour acquis que le cours dont l’évaluation fait partie a été créé. Les étudiants.es ont été inscrits et ajoutés à ce cours et les membres de l’équipe enseignante ont eux aussi été ajoutés. En effet, il est habituellement possible d’être plusieurs évaluateurs pour une même évaluation ou pour un même cours.

L’évaluation peut être créée pour tous les étudiants d’un cours ou alors pour seulement certains d’entre eux. Il est possible de créer des évaluations distinctes pour diverses équipes par exemple. La manière la plus simple de créer une évaluation en ligne est de téléverser l’évaluation habituelle «version papier», sous format Pdf Ou Word par exemple. Si vous avez peu d’expérience avec ces technologies, c’est un excellent moyen de débuter avec un travail minimal.

Par contre, il est plus versatile de créer une évaluation et d’ajouter des questions directement sur la plateforme. Ceci permet d’utiliser la versatilité du web, car les évaluations sont accessibles par n’importe quel fureteur internet. C’est un avantage pour vous et vos étudiants.es car ces plateformes n’utilisent pas de logiciel que vous auriez à télécharger. Elles sont accessibles directement de votre fureteur internet, de la même façon que vous accéderiez à YouTube par exemple. Les étudiants.es peuvent même utiliser leur téléphone intelligent pour y accéder.

La création des questions

Pour les utilisateurs débutants, la création d’une question est un processus simple où il suffit d’écrire le texte de la question et de lui associer une pondération. Il est habituellement possible de créer plusieurs types de questions: choix de réponses, réponses courtes, réponses longues, etc. Il est par contre possible d’obtenir davantage de possibilités en utilisant les fonctions plus avancées de ces plateformes, même si ce n’est pas obligatoire.

Pour les utilisateurs plus avancés

Ces deux plateformes permettent l’utilisation d’un langage de balisage léger appelé Markdown. Celui-ci permet de modifier le formatage du texte, d’ajouter des hyperliens, des images, etc. Le tableau ci-dessous présente quelques possibilités de ce langage.

MarkdownRésultat
*italique*italique
**gras**gras
[GRIÉMÉtic](http://griemetic.ca/fr/)GRIÉMÉtic
![Logo GRIÉMÉtic](http://griemetic.ca/wp-content/uploads/2017/10/cropped-Griemetic_Bleu-e1508594133153-3.png)Logo GRIÉMÉtic

Pour avoir une idée des possibilités de ce langage, le markdown guide contient la liste de presque toutes les possibilités de ce langage. L’intérêt de ce langage est sa syntaxe simple, le fait qu’ils soit interprétable en fichier texte et ouvert et donc gratuit et accessible pour tous.

Il est aussi habituellement possible d’utiliser le langage LaTeX par l’entremise de MathJax, ce qui permet d’écrire des expressions mathématiques dans les questions mais aussi dans la rétroaction et la correction des copies. Ce genre d’expression peut être créé en encadrant les formules LaTeX entre un ou deux signes de dollars. Par exemple, la formule suivante $\zeta (s) = \sum_{n=1}^\infty \frac{1}{n^s}$ sera interprétée et vue par les étudiants.es comme ceci  dans le document final:

Comment les étudiants.es remettent leurs évaluations?

Les étudiants peuvent faire leur évaluation sur papier, à l’aide de Word ou Google Docs. Chaque question possède sa propre fenêtre de téléversement, il est donc préférable de compléter chaque question sur une page distincte. Les étudiants.es doivent sauver, scanner ou photographier leur évaluation. Il suffit ensuite de téléverser ces documents dans les zones de téléversement appropriées.

Si vous êtes débutants et avez par exemple créé une seule question pour votre évaluation (ce que je ne vous conseille pas!), les étudiants pourraient téléverser plusieurs fichiers qui contiendraient leurs démarches complètes. Si vous décidez de scinder votre examen en plusieurs questions, ceci vous permettra de ne corriger qu’une seule question à la fois, pour tous vos étudiants.es.

Une fois l’évaluation terminée, il est possible de l’envoyer en un seul clic aux étudiants.es, qui la recevront à leur adresse courriel. Un temps peut être imparti pour l’exécution de l’évaluation. Bien sûr, le plus grand problème de ce genre d’évaluation est qu’il est difficile, voire impossible de contrer le plagiat. Les étudiants.es peuvent se trouver à n’importe quel endroit, recevoir l’aide de n’importe qui, peuvent avoir accès à leur notes, à leurs livres, etc.

Une fois les évaluations présentes sur la plateforme, tous les évaluateurs peuvent corriger les questions qui leur sont attitrées au même moment, à l’endroit qui leur convient. Il n’est plus nécessaire de partager les copies physiques des évaluations et d’attendre qu’un des évaluateurs ait terminé pour qu’un autre continue le travail. Pour une personne seule, la flexibilité de pouvoir corriger à n’importe quel moment, n’importe où, une seule sous-question sans avoir à gérer une pile de copies est un immense avantage.

Les outils d’évaluation

Comme indiqué précédemment, pour chacune des questions, les étudiants.es devront envoyer une photo (ou un scan ou un fichier) de leur travail. Ceci simplifie la tâche de l’évaluateur car il peut se concentrer sur une seule et même question pour tous les étudiants.es, sans connaître le reste de leur évaluation ou leur identité. L’équité dans l’évaluation de tous les étudiants.es s’en trouve donc grandement améliorée. De plus, il est possible de construire, de maintenir et d’appliquer une même grille d’évaluation pour une même question, applicable par tous les membres de l’équipe d’évaluation.

Plusieurs outils sont à notre disposition pour évaluer une question. Il est possible d’ajouter des commentaires. Ces commentaires supportent habituellement le Markdown et LaTeX, ce qui donne une flexibilité extraordinaire à l’évaluateur. Ces commentaires sont enregistrés, réutilisables et modifiables par tous les évaluateurs. Il est donc possible de donner des rétroactions extrêmement précises pour donner aux étudiants.es les raisons exactes pour lesquelles des points ont été ajoutés ou déduits. Sur une évaluation habituelle sur papier, il peut devenir long et difficile de réutiliser le même commentaire à plusieurs reprises. Les rétroactions en souffrent donc. Sur une plateforme d’évaluation en ligne, il est possible de réutiliser à l’infini un commentaire.

Mais il y a plus, ces commentaires peuvent être accompagnés d’une pondération. Un commentaire peut donc ajouter ou enlever des points selon la situation. Mais puisque ces commentaires sont modifiables, il est possible, à tout moment, de modifier une pondération si l’évaluateur avait mal évalué celle-ci. La plupart des évaluateurs vous le diront, il peut arriver de devoir modifier la pondération de plusieurs copies suite à une réévaluation de la pondération. Sur les versions papiers, le travail consiste à revoir toutes les copies où un changement peut être envisagé et d’ensuite faire les modifications. Sur une plateforme en ligne, le changement de pondération ou la modification d’une rétroaction se fait à un seul endroit et ces modifications sont ensuite automatiquement appliquées pour toutes les évaluations concernées.

Il est également possible d’écrire ou de dessiner (préférablement avec un stylet, mais la souris est une alternative possible) directement sur la copie. L’utilisation de symboles divers est habituellement possible, comme le crochet, la croix, le point d’interrogation, etc.

L’IA

Sur certaines plateformes, il est parfois possible d’utiliser l’IA (ou Intelligence Artificielle), pour regrouper les réponses semblables en blocs, blocs qui pourront être évalués un à un. Ceci permet de diminuer les redondances dans la correction, de sauver du temps et de donner une rétroaction de grande qualité même pour un grand nombre d’étudiants.es. La technologie est par contre embryonnaire et ne s’applique qu’à un nombre restreint de situations. Par exemple des diagrammes simples de molécules ou des expressions mathématiques courtes.

Les résultats de l’évaluation

Retourner les notes aux étudiants.es

Une fois la correction terminée, il est possible d’envoyer les notes aux étudiants.es, en un seul clic. Il est également possible d’envoyer la copie annotée, contenant tous les commentaires, tous les symboles et toutes les pondérations ajoutées par les évaluateurs. Cette copie devient donc un outil précieux qui permet aux étudiants.es de comprendre très exactement leurs erreurs. Ceci permet également de simplifier le processus de révision de notes car il est habituellement possible de le faire par l’entremise de la plateforme choisie.

Analyser les notes

Puisque chaque question peut être créée indépendamment, il est possible d’obtenir des statistiques précises sur chacune d’entres elles. Il devient ensuite simple de connaître la moyenne ou la médiane de chaque question, le nombre d’étudiants.es l’ayant réussie ou échouée, etc. Ces informations permettent de bonifier les évaluations et l’enseignement car elles montrent les forces et les faiblesses des étudiants.es.

Conclusion

Comme cet article permet de le constater, l’évaluation en ligne est possible. Elle comporte même plusieurs avantages par rapport à l’évaluation papier, particulièrement au niveau de la rétroaction. Par contre, du travail supplémentaire est demandé à l’enseignant.e pour débuter dans ce type d’évaluation. Mais malgré cet effort supplémentaire, nous suggérons de tenter au moins une fois l’expérience.

De plus, ces plateformes ont été pensées pour qu’on puisse les utiliser même lorsque l’évaluation se fait en classe sur des copies papier. La manière de faire de ces deux plateformes est un peu différente mais l’idée de base reste la même. L’évaluateur crée une évaluation et il doit construire un gabarit d’examen qu’il devra enregistrer sur la plateforme. La plateforme lui produira ensuite des copies papier de cette évaluation à distribuer aux étudiants.es. Il faut ensuite scanner ces copies, les téléverser sur la plateforme et il est maintenant possible d’utiliser tous les outils discutés dans cet article.

GRIÉMÉtic (2 mars 2021) Les plateformes d’évaluation en ligne. Retrieved from http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/.
"Les plateformes d’évaluation en ligne." GRIÉMÉtic - 2 mars 2021, http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/
GRIÉMÉtic 31 août 2020 Les plateformes d’évaluation en ligne., viewed 2 mars 2021,<http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/>
GRIÉMÉtic - Les plateformes d’évaluation en ligne. [Internet]. [Accessed 2 mars 2021]. Available from: http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/
"Les plateformes d’évaluation en ligne." GRIÉMÉtic - Accessed 2 mars 2021. http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/
"Les plateformes d’évaluation en ligne." GRIÉMÉtic [Online]. Available: http://griemetic.ca/fr/2020/08/31/les-plateformes-devaluation-en-ligne/. [Accessed: 2 mars 2021]

À propos: Évaluer en ligne en contexte de pandémie


La pandémie de COVID-19 a depuis plusieurs mois un fort impact sur le monde de l’éducation. La nécessité d’adapter l’enseignement aux modalités à distance a représenté un défi majeur. Pour tous les enseignants qui reportaient depuis longtemps le fait de s’initier aux méthodes pédagogiques, et aux instruments technologiques sous-jacents, pour enseigner à distance, le choc a été rude et la surcharge de travail, colossale. Les conseillers pédagogiques et les centres d’aide pédagogique des différentes institutions, du primaire à l’université, ont mis les bouchées double afin d’aider les enseignants à traverser la tempête. Chacun a travaillé de son mieux dans le but de s’adapter aux conditions exceptionnelles que nous traversons. D’ailleurs, dans le contexte, la santé psychologique et la qualité de vie des enseignants et autres professionnels  du milieu sont à surveiller, et le GRIÉMÉtic va y porter un intérêt particulier à la rentrée 2020.

Parallèlement à cela, dans l’urgence, nous avons constaté que les ressources se sont surtout consacrées à l’enseignement, et ont souvent peu abordé l’évaluation. Pourtant, de nombreuses questions se posent lorsque vient le temps de transporter nos méthodes d’évaluation, habituellement prévues pour la salle de classe, au foyer des étudiants en utilisant diverses technologies. Pour cette raison, le GRIÉMÉtic a aussi décidé de fournir une banque de ressources pour guider l’évaluation réalisée à distance.

Cette banque de ressources s’adresse à tous les enseignants ainsi qu’à tous les conseillers pédagogiques qui souhaitent réfléchir à la transposition des méthodes et instruments d’évaluation vers des modalités à distance, plus particulièrement à ceux qui œuvrent au postsecondaire, au collégial ou à l’université. Son développement a été guidé par diverses questions issues d’échanges informels avec des enseignants, puis par un apéro-causerie organisé par l’OPIEVA (Observatoire interuniversitaire sur les pratiques innovantes d’évaluation des apprentissages, ).

Alors que certaines questions portaient sur les aspects technologiques de l’évaluation à distance:

  • Comment reproduire en ligne une évaluation qui se fait papier crayon?
  • Comment surveiller les élèves à distance pendant un examen?
  • Comment éviter le plagiat ou la tricherie?
  • Comment s’assurer que les élèves/étudiants ont accès à un matériel informatique suffisant?
  • Comment tenir compte des besoins particuliers des étudiants?
  • Comment évaluer des compétences motrices, par exemple dans les cours en éducation physique ou en art?

d’autres portaient sur l’évaluation et les principes à respecter :

  • Peut-on se contenter de l’autoévaluation faite par les élèves?
  • Qu’implique le fait de mettre en place une évaluation sous forme de succès-échec?
  • Quels sont les principes de base de l’évaluation dont il faut tenir compte?
  • Comment différencier son évaluation comme on le ferait en présentiel?

Avec cette banque de ressources, nous n’avons évidemment pas la prétention de proposer des solutions miracles, mais l’expertise des membres du GRIÉMÉtic, et des collègues qui collaborent avec nous, nous permet de vous aider à réfléchir aux enjeux liés à l’évaluation à distance, aux méthodes pour le faire ou aux erreurs à ne pas commettre. Nous espérons que les documents que nous partageons avec vous vous aideront à faire un pas de plus dans votre réflexion sur le sujet.

Mieux évaluer les compétences en français des immigrants

Le coup d’envoi est donné! Deux membres du GRIÉMÉtic, Christophe Chénier et Nathalie Loye, vont diriger les travaux  visant à  bonifier les échelles québécoises de niveau de compétence en français des personnes immigrantes adultes du MIFI, et à  développer un test adaptatif informatisé afin de classer les candidats dans les cours de francisation.

Nous sommes fiers et enthousiastes de mettre nos compétences au service d’un projet qui permettra de mieux intégrer les immigrants, tant sur le plan linguistique et social que professionnel.

Pour en savoir plus.

« Comment évaluer en temps de pandémie ? » Appel à contribution pour un numéro spécial d’e-JIREF

Après avoir heurté de plein fouet nos méthodes d’enseignement, il est probable que le covid19 modifie également nos méthodes d’évaluation.

En tant qu’ Association pour le Développement des Méthodologies d’Évaluation en Éducation, l’ADMEE se doit d’instruire cette question délicate :

« Comment évaluer en temps de pandémie ? »

C’est la raison pour laquelle, dans l’urgence et de manière exceptionnelle, le bureau de l’ADMEE-Europe (constitué de Pascal Detroz, Walter Tessaro et Nathalie Younes) propose de recueillir des textes qui permettent, d’une manière ou d’une autre, d’aborder cette question.

Ces textes, après une évaluation amicale par les pairs, seront publiés selon une procédure accélérée, dans un numéro spécial d’Evaluer – Journal international de recherche en éducation et formation (e-Jiref).

Afin de favoriser une réflexion, voire des collaborations, nous avons également ouvert un mur de discussion structuré sur cette thématique via l’outil Padlet.

CRIFPE et Université de -Sherbrooke – Invitation à une conférence de Saliha Ziam et Pierre Gignac – jeudi 19 mars 2020

Dans le cadre des conférences du CRIFPE, Université de Sherbrooke, il nous fait plaisir de vous inviter au webinaire proposé par  la Pre Saliha Ziam et monsieur Pierre Gignac, jeudi 19 mars 2020 de 12h00 à 13h 30. Le titre de sa communication est le suivant: Les habiletés essentielles pour soutenir la prise de décision fondée sur les données probantes : une revue systématique.

La conférence se tenant en ligne, l’inscription est demandéeS’inscrire.

Suite à votre inscription, nous vous ferons parvenir quelques jours à l’avance le lien pour assister à la conférence ainsi que les informations concernant Adobe Connect qui sera la plateforme utilisée. L’information et le résumé du webinaire est également disponible sur le site web du CRIFPE-UdeS: accéder au site.

Saliha Ziam est professeure agrégée en gestion des services de santé et des services sociaux à l’École des sciences de l’administration de l’Université TÉLUQ. Combinant plusieurs expériences d’enseignement et de recherche en gestion et en santé, elle s’est spécialisée en transfert des connaissances. Ses travaux de recherche portent sur les stratégies d’appropriation, de courtage de connaissances ainsi que sur l’évaluation des effets des différentes stratégies de transfert de connaissances. Cette dernière est membre régulière de deux regroupements de recherche spécialisés en transfert de connaissances, à savoir, l’Équipe RENARD (regroupement interdisciplinaire québécois sur le transfert dans le domaine des interventions sociales) et le Centre de recherche et de partage de savoirs Interactions du CIUSSS du Nord de l’île de Montréal.

Pierre Gignac détient un doctorat en sciences de l’éducation avec spécialisation en mesure et évaluation. D’abord formé en ingénierie, Pierre Gignac a par la suite complété une maîtrise en administration des affaires. Ses travaux en ingénierie des systèmes l’ont amené à côtoyer tant les PME que les multinationales et organismes parapublics en tant qu’intégrateur dans un contexte où de multiples parties prenantes sont mises à contribution. Il s’intéresse à l’étude des facteurs liés aux processus d’innovation dans une perspective de mesure et d’évaluation des habiletés à développer pour acquérir des fortes aptitudes et capacités d’absorption de connaissances émergentes : conceptualisation des construits, mesure, évaluation et validation des propriétés psychométriques des instruments de mesure.

 Vous êtes toutes et tous les bienvenues et les bienvenus à participer à cette activité scientifique. Si cette activité peut intéresser d’autres personnes, n’hésitez pas à la leur transmettre et à le faire suivre dans votre réseau.

Si vous souhaitez obtenir des informations sur cette conférence, vous pouvez nous contacter à l’adresse <crifpe-s@usherbrooke.ca>.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Brigitte Caselles-Desjardins

CRIFPE-Sherbrooke

http://usherbrooke.crifpe.ca/

Université de Sherbrooke

2500 boulevard de l’Université

Sherbrooke, QC, J1K 2R1

Téléphone : 819 821-8000 poste 66440

Crifpe-S@USherbrooke.ca

Appel de communications ADMÉE-Canada 2020

42e session d’études de lAssociation pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation

Communications orales | Mon projet en 180 secondes | Symposiums

Détails et formulaires de soumission :
www.admee2020.ca

Date limite : 1er mai 2020

42e session d’études de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation

« Le renouveau a toujours été d’abord un retour aux sources. » (Gary, 1967)

Au-delà des différences qui semblent opposer les diverses pratiques régies par les méthodologies de l’évaluation et de la mesure, bien plus de préoccupations et d’intérêts unissent les chercheurs et les praticiens qui se retrouvent à l’ADMEE qu’il ne se trouve d’enjeux pour les séparer. Qu’il s’agisse de domaines tels l’évaluation des apprentissages en contexte scolaire, en langues étrangères ou en pédagogie médicale, ou alors de pratiques méthodologiques qualitatives ou quantitatives, tous ont en commun certains questionnements épistémologiques, une démarche évaluative dont les étapes sont les mêmes peu importe le contexte ou les outils et un souci de la pertinence scientifique et sociale. C’est ainsi que, au cours des dernières années, les sessions d’études de l’ADMEE-Canada ont été le théâtre de présentations abordant une impressionnante variété de sujets et contextes débordant largement les thèmes annoncés. Or, les sources communes à toutes ces présentations se ramènent à des questions de base que nous nous posons tous : « Pourquoi voulons-nous évaluer ou mesurer? » « Quelles informations recueillerons-nous pour ce faire? »  « Quelles actions poserons-nous avec les informations recueillies? ». Cela explique que, plus de quarante ans après sa fondation, l’ADMEE-Canada a su se renouveler et grandement élargir ses perspectives.

Nous désirons donc, dans le cadre champêtre du Manoir Rouville-Campbell, à Mont-Saint-Hilaire, célébrer un retour aux sources en mettant de l’avant le foisonnement des intérêts et pratiques de tous et chacun, quels que soient les domaines, les champs de pratique ou les instruments utilisés pour évaluer. Nous invitons toutes les personnes intéressées à l’évaluation ou à la mesure à soumettre une proposition de communication orale, de présentation éclair en 180 secondes ou de symposium. La date limite pour soumettre une proposition est le 1er mai 2020.

Le comité organisateur de l’Université de Montréal,

Christophe Chénier

Sébastien Béland

Nathalie Loye

Invitation – Semaine de la FAD 2020

Bonjour,

C’est avec plaisir que FADIO présente la 3e édition de la Semaine de la formation à distance, du 17 au 21 février 2020.

Compte tenu de votre participation à l’édition de l’année dernière, nous vous faisons parvenir les informations concernant celle de 2020. Plusieurs activités, tables d’échange, ateliers pratiques et témoignages vous permettront d’en apprendre davantage sur la formation à distance.

Tout comme l’année dernière, cette semaine de formation vous est offerte entièrement en ligne et gratuitement. Présentées à différentes périodes de la journée, les activités seront accessibles en ligne, par la plateforme Zoom. 

Afin de vous inscrire, veuillez remplir ce formulaire.

Pour plus de détails concernant la Semaine de la FAD, n’hésitez pas à consulter notre site web.  

Au plaisir de vous y voir! 

France LeBlanc

Agente de soutien administratif

60, rue de l’Évêché Ouest

Local E-314

Rimouski (Québec) G5L 4H6 

418 723-1880, poste 2698

fadio@cegep-rimouski.qc.ca