Les Mini entrevues multiples (MEM) sous la loupe des construits évalués

Publié par Guillaume Loignon le

Communication orale qui sera présentée au 32e colloque annuel de l’ADMÉE-Europe en janvier 2020 à Casablanca.

Nathalie Loye, Université de Montréal
Jean-Michel Leduc, Université de Montréal
Christian Bourdy, Université de Montréal
Jean-Sébastien Renaud, Université Laval
Annie Ouellet, Université de Sherbrooke
Sébastien Béland, Université de Montréal

Les mini entrevues multiples (MEM) font aujourd’hui partie du processus d’admission dans les facultés de médecine de nombreux pays, comme le Canada, les États-Unis, l’Australie, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne. Les MEM consistent en une succession de stations standardisées. Les MEM francophones intégrées (MEMFI) sont le résultat d’un travail de collaboration entre les trois facultés francophones du Québec. Leur circuit comporte 10 stations d’une durée de 7 minutes chacune. Cinq des stations mettent le candidat dans une situation où il doit discuter d’un sujet imposé, trois d’entre elles lui demandent de jouer un rôle dans une mise en situation impliquant un acteur et finalement les deux dernières impliquent de résoudre une tâche en collaboration avec un autre candidat. Un évaluateur muni d’une grille d’évaluation est présent dans chaque station. Le processus d’évaluation aboutit à un score par station, puis à un score global. La décision de faire ou non une offre d’admission au candidat repose ensuite en partie sur ce score. Étant donné l’importance des enjeux liés à l’usage des MEM, les études portant sur leur validité sont primordiales. La présente étude s’inscrit dans un processus de validation en s’intéressant aux construits qui sont évalués par les MEMFI ainsi qu’à la stabilité de ces construits entre les candidats des deux sexes. Les résultats des analyses factorielles confirmatoires portant sur les 1438 candidats ayant passé les MEMFI en 2018 soutiennent l’hypothèse que les stations de chaque format permettent d’évaluer trois construits différents. En outre, le fait que cette structure reste stable entre les hommes et les femmes est un argument important de validité, puisque les résultats montrent que le genre n’est pas un facteur susceptible de changer la nature de ces trois construits, et donc d’introduire une source de variance non désirée.

Catégories : Non classé