Auteur : Iris Bourgault Bouthillier

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

L’évaluation des compétences et leur alignement aux épreuves d’évaluation

Par : Michel Desmarais (École Polytechnique de Montréal)

http://griemetic.ca/equipe/michel-desmarais/

 

Le 14 février 2018, de 12h à 13h 

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local A-217

Résumé : Un des grands défis en éducation est celui de l’évaluation des compétences acquises. Au-delà de la mesure comme telle, ce défi soulève celui de l’alignement des compétences aux épreuves d’évaluation. Par exemple, comment s’assurer qu’une question évalue réellement une compétence visée ? Comment évaluer qu’une décomposition de compétences donnée est plus représentative d’un ensemble d’épreuves qu’une autre décomposition ? Etc. Ces questions sont étudiées depuis des décennies dans le domaine de la psychométrie, mais elles soulèvent aussi un grand intérêt dans le domaine des tuteurs intelligents où l’objectif est de personnaliser l’interaction avec l’apprenant. Je présenterai différentes approches issues de ces domaines pour établir l’alignement entre compétences et épreuves à partir de données empiriques. Nous explorerons à la fois des approches qui induisent des compétences à partir de données de façon dite « non supervisée », où il en revient aux didacticiens d’interpréter les compétences induites, et des approches qui tentent plutôt de raffiner des ensembles de compétences définies par des experts. Nous explorerons aussi les techniques de génération de données synthétiques afin de valider et même d’entraîner des modèles d’alignement des compétences.

 

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Soutenance de thèse de Pierre Gignac

Le 15 février 2018 à 13h30

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local B-328

Proposition de reconceptualisation de la capacité d’absorption : la capacité d’absorption actualisée.

Reconnaître la valeur des signes précurseurs de changements technologiques imminents, sociaux ou en santé, requiert un esprit alerte et ouvert. S’approprier, maîtriser et exploiter par des innovations les connaissances émergentes, publiques ou échappées d’une recherche, exigent plus que curiosité et intuition. Cohen et Levinthal (1989a, b, 1990) ont nommé « capacité d’absorption » cette habileté : « la capacité de reconnaître la valeur d’une nouvelle information, de l’assimiler et de l’exploiter à des fins commerciales (1990 : 128) ».

Jamais opérationnalisées pour en expliquer l’apparition, nous suggérons un premier modèle de développement des habiletés « d’absorption ». Nous montrons que les habiletés d’apprentissage, de changements dynamiques et créatives permettent aux organisations de migrer de l’imitation de produits/services vers l’innovation radicale. De la conjonction organisationnelle des trois habiletés émergent la reconnaissance de valeur des informations repérées et la capacité d’absorption. Notre modèle se conforme à la Taxonomie de Bloom. L’ajout des connaissances systémiques et complexes et du volet cognitif « anticiper » y intègre la recherche en gestion. Le SECI (Nonaka et Takeuchi, 1995) et le modèle componentiel de la créativité (Amabile, 1996) soutiennent notre approche.

Cohen et Levinthal (1989a, b, 1990) ont montré que ces habiletés permettent d’anticiper les technologies à venir. Zou, Ertug et George (2018) synthétisent 30 ans de recherches empiriques et exposent son importance pour l’innovation et les transferts de connaissances.

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

Élaboration d’un logiciel collectant les données du raisonnement clinique dans un contexte de simulation médicale

Par: Thomas Pennaforte, pédiatre-néonatalogiste et doctorant en mesure et évaluation (Université de Montréal)

 

Le 16 janvier 2018, de 12h à 13h, plus une période de questions de 15 minutes

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local A-544

Résumé : Le raisonnement clinique (RC) est une compétence centrale de l’exercice médical (Franck, 2005). Son évaluation repose actuellement sur des outils spécifiquement développés, tels que les tests de concordance de scripts (TCS) (Charlin, 2000) et les problèmes de raisonnement clinique (PRC) (Groves, 2002). Cependant, ces tests sont réalisés en salle de classe et ne reflètent pas l’environnement de pratique du médecin. De plus, ils n’évaluent que certains stades du processus réflexif impliqué dans la théorie mixte du raisonnement clinique (Pelaccia, 2011). Enfin, leur validité ne s’intéresse qu’aux propriétés psychométriques des tests sans s’inscrire dans une véritable démarche de validation. Ce travail de doctorat fait appel à la simulation médicale comme contexte d’utilisation des PRC et TCS. Ceci permettra de placer les participants en immersion, et la variation des conditions de l’environnement pourrait activer spécifiquement les processus cognitifs impliqués dans le RC. Par ailleurs, la validation par le modèle de Kane (2006) fournira une variété d’éléments de preuve sur la qualité des interprétations des scores obtenus. Cette présentation décrit plus spécifiquement le développement d’une séance de simulation médicale intégrant des questions évaluatives de type PRC et TCS au cours de la mise en situation, en insistant sur le processus de collecte de données par un logiciel adapté. Les pédiatres en formation seront exposés à 4 mises en situation simulées dont les conditions de stress pourront varier. Les données démographiques, les performances aux tests et les marqueurs de stress seront recueillies. L’analyse du parcours visuel soutiendra l’inférence d’extrapolation du processus de validation. Ce nouvel outil d’évaluation « prêt à l’emploi » permettra d’identifier les failles du RC afin de mettre en place des stratégies de remédiation adaptées. La validation de l’interprétation des résultats sera en accord avec les conceptions récentes en mesure et évaluation en éducation.

 

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca