Accueil » Archives pour griemetic_admin

Auteur : griemetic_admin

Conférence-midi du GRIÉMÉtic

Les bases de l’application d’une méta-analyse

Par: Gilles Raîche, UQAM

Le 28 novembre 2017, de 12h à 13h avec une période de questions de 15 minutes

Université de Montréal, pavillon Marie-Victorin, local A-544

Résumé : Il est fréquent que nous n’ayons accès qu’à des résultats secondaires de recherche, que le nombre de sujets par recherche soit relativement faible ou que nous ne pouvons qu’utiliser des données groupées sans avoir la possibilité de mettre la main sur les données individuelles. Dans ces cas, il s’avère commode de compter sur une méta-analyse des résultats groupés. Plusieurs considérations méthodologiques doivent alors être tenues en compte, diverses indices sommaires, soit la taille de l’effet, peuvent être utilisés et diverses approches peuvent être retenues : méta-régression, méta-analyse en réseau, méta-analyse multivariée, etc. Cette présentation permettra de faire un survol de ces aspects. Un exemple d’application sera utilisé.

Communication dans le cadre des conférences-midi du Groupe de recherche interuniversitaire sur l’évaluation et la mesure en éducation à l’aide des TIC (GRIÉMÉtic), en partenariat avec le Collectif pour le développement et les applications en mesure et évaluation (Cdame ; UQAM), le Bureau de consultation en analyse de données qualitatives, quantitatives et mixtes (Q2M ; Université de Montréal), et la société statistique de Montréal (SSdeM).

Pour plus d’information :

Iris Bourgault Bouthillier

Coordonnatrice du GRIÉMÉtic

Iris.bourgault.bouthillier@umontreal.ca

Pichette, F., Lesniewska, J., Béland, S et Jolani, S. (2015). The handling of missing binary data in language research. Studies in Second Language Learning and Teaching. 5, 153-169

Pichette, F., Lesniewska, J., Béland, S et Jolani, S. (2015). The handling of missing binary data in language research. Studies in Second Language Learning and Teaching. 5, 153-169

Béland, S., Raîche, G. et Magis, D. (2015). L’utilisation du facteur de Bayes pour identifier les étudiants qui répondent au hasard dans les épreuves d’évaluation des apprentissages et les questionnaires de recherche. Revue des sciences de l’éducation. 41, 385-429

Béland, S., Raîche, G. et Magis, D. (2015). L’utilisation du facteur de Bayes pour identifier les étudiants qui répondent au hasard dans les épreuves d’évaluation des apprentissages et les questionnaires de recherche. Revue des sciences de l’éducation. 41, 385-429

Marcoux, G. et Béland, S. (2017). Retour sur l’évaluation diagnostique [en tant que rédacteur invité d’un numéro spécial]. Mesure et évaluation en éducation. 39, 97-103

Marcoux, G. et Béland, S. (2017). Retour sur l’évaluation diagnostique [en tant que rédacteur invité d’un numéro spécial]. Mesure et évaluation en éducation. 39, 97-103

Leśniewska, J., Pichette, F. et Béland, S. (accepté, 2017). First language test bias? Comparing French-speaking and Polish-speaking participants’ performance on the Peabody Picture Vocabulary Test. Canadian Modern Language Review

Leśniewska, J., Pichette, F. et Béland, S. (accepté, 2017). First language test bias? Comparing French-speaking and Polish-speaking participants’ performance on the Peabody Picture Vocabulary Test. Canadian Modern Language Review

Béland, S. et Marcoux, G. (2017). Regards sur l’évaluation diagnostique [en tant que rédacteur invité d’un numéro spécial]. Mesure et évaluation en éducation. 39, 1-5.

Béland, S. et Marcoux, G. (2017). Regards sur l’évaluation diagnostique [en tant que rédacteur invité d’un numéro spécial]. Mesure et évaluation en éducation. 39, 1-5.

Girard, S. et Béland, S. (accepté, 2017). Analyser des interactions avec des variables latentes : une exemplification méthodologique de la méthode LMS dans Mplus. Revue des sciences de l’éducation

Girard, S. et Béland, S. (accepté, 2017). Analyser des interactions avec des variables latentes : une exemplification méthodologique de la méthode LMS dans Mplus. Revue des sciences de l’éducation

Leduc, D. et Béland, S. (accepté, 2017). Évaluation des Arts au postsecondaire. Montréal, Québec : Presses de l’Université du Québec

Leduc, D. et Béland, S. (accepté, 2017). Évaluation des Arts au postsecondaire. Montréal, Québec : Presses de l’Université du Québec

Colloque annuel de l’ADMÉE-Canada 2017

(Cliquez ici pour vous inscrire)

La 39e session d’études de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE-Canada) aura lieu les 16 et 17 novembre 2017 au Château Frontenac, situé dans le Vieux-Québec, sous le thème des objets de l’évaluation en éducation et en formation.

Cette année, le thème choisi vise à mettre de l’avant le caractère transversal de l’évaluation. En effet, elle se retrouve à tous les ordres d’enseignement (école obligatoire, collégial, universitaire, formation continue) et domaines de formation (sciences de la santé, sciences et génie, sciences humaines et sociales), sans compter qu’elle est présente dans l’évaluation des programmes, des institutions, des politiques et des systèmes éducatifs, ainsi que de leurs composantes. À tous les niveaux où elle s’exerce, l’évaluation comporte son lot d’objets distincts avec des défis qui leur sont propres. Au niveau nano (l’apprenant ou l’enseignant), l’évaluation s’intéresse à l’individu (identification des besoins, analyse des pratiques, etc.) et aux méthodologies qui y sont associées (analyse de cas, test, etc.). Au niveau micro (classe, groupe-cours en enseignement supérieur, cohorte, etc.), l’évaluation s’intéresse aux apprentissages et aux élèves, d’une part, et, d’autre part, à l’enseignement et à l’enseignant. Au niveau mezzo, l’évaluation s’intéresse aux programmes et aux dispositifs. Il en va de même au niveau macro qui s’intéresse à l’institution (école, université, CÉGEP, etc.) et au système d’éducation.

Quels sont les différents objets de l’évaluation dans les ordres d’enseignement et les sphères de la société ? Quelle est leur nature ? Leurs origines ? Comment ont-ils évolué ? Comment le choix de ces objets est-il influencé par les politiques, les innovations technologiques, le financement de la recherche, etc. ? Avec quelles méthodologies les appréhende-t-on (outils, analyses de données, etc.) et quelles conclusions s’en dégage-t-il ? Quels sont les défis et les tensions qui en émergent ? Que reste-t-il à accomplir ? Voilà autant de questions qui méritent qu’on s’attarde aux objets de l’évaluation. Ce thème rassembleur est ouvert à des domaines contributoires à la mesure en éducation, issus de disciplines variées, y compris la pédagogie dans le domaine de la santé ou en enseignement supérieur.

La session d’études annuelle de l’ADMEE-Canada constitue une excellente occasion d’apporter des éléments de réponse à ces multiples questions, ainsi qu’à de nombreuses autres. Nous convions donc les chercheurs, les étudiants, les praticiens, les professionnels et les intervenants des différents milieux d’application de l’évaluation à formuler des propositions de communication susceptibles de cerner les objets de l’évaluation. Cette 39e session d’études offrira ainsi un partage enrichissant d’expériences et de connaissances entre collègues provenant de milieux différents.

Le Comité organisateur,
Marie-Hélène Hébert (UNIVERSITÉ TÉLUQ)
Jean-Sébastien Renaud (UNIVERSITÉ LAVAL)
Philippe Tremblay (UNIVERSITÉ LAVAL)

Le GRIÉMÉtic se dote d’une technologie de pointe

Thomas essaie les lunettes Tobii

Les lunettes de tracking visuel (LTV) permettent d’identifier les endroits où le regard d’une personne se pose (sur un document, sur un écran, dans un simulateur, en mouvement dans un environnement) et de donner accès à des données révélatrices de son comportement et des processus cognitifs qu’elle met en action. Les données sont collectées sous forme vidéo, et le logiciel d’analyse permet ensuite de paramétrer les zones d’intérêts et de procéder à un codage des vidéos qui peut en partie être automatisé. Ce codage permet une analyse qualitative des données recueillies. Ce codage permet aussi de produire des bases de données quantitatives complexes qui peuvent être ensuite exportées dans une variété de logiciels (R, Mplus, etc.) pour d’autres analyses de type modélisation mathématique qui sont au cœur de l’axe 1 de la programmation de notre équipe.